L’Ankou

L’ANKOU *

*) L’Ankou est dans la mythologie bretonne un personnage de grande importance. Il n’est pas à confondre avec le diable ni avec un démon. L’Ankou est, en Basse Bretagne la personnification masculine de la Mort ; c’est l’ouvrier de la mort, le dernier défunt de l’année qui, dans chaque paroisse, revient (durant une année) sur terre chercher les trépassés.

Il ne représente pas la mort en elle-même, mais son serviteur : son rôle est de collecter dans sa charrette grinçante les âmes des défunts récents. Lorsqu’un vivant entend le bruit de la charrette, c’est qu’il ne va pas tarder à passer de vie à trépas. On dit aussi que celui qui aperçoit l’Ankoù meurt dans l’année. Il est une entité psychopompe, un conducteur des âmes des morts (comme un guide ou un passeur).

Sur le littoral une barque, Bag noz (« la barque de nuit »), remplace la charrette, dans laquelle l’Ankoù recueille les anaon, les âmes des trépassés, qu’il transporte vers les rives de l’au-delà. Son domaine se trouve dans les monts d’Arrée (massif montagneux de la Bretagne occidentale), où il règne en maître, et les âmes des trépassés dépendent entièrement de lui ; celles-ci fréquentent les marais, les gorges de rivières, les recoins obscurs.

 

450px-018_Ploumilliau_Eglise_paroissiale_L'Ankou

Église paroissiale Saint-Milliau : la statue de l’Ankou.
Image : Moreau.henri

***

L’Ankoù

Allez dire de proche en proche
Au cœur-de-sable, au cœur-de-roche,
Au « trop brave ” comme au « tremblant »
Que l’Ankoù terrible s’approche
Avec son grand char noir et blanc !

En me voyant chacun demande :
« Quel est ce vieux qui, par la lande,
S’en vient avec sa grande faulx ?
Il n’a pas une once de viande,
Non, pas une once sur les os ! »

C’est moi, l’Ankoù !… L’Ankoù qui brise
Un os de mort dont il aiguise
Sa vieille faulx sur son genou…
Moi ! qui puis te faire, à ma guise,
Le sang plus froid que le caillou !

Lorsque à le frapper je m’apprête
L’homme riche s’écrie : « Arrête !
Laisse-moi vivre un jour encor
Et je remplirai ta charrette
De mes grands coffres tout pleins d’or !… »

Un jour !!! pas même une seconde !
Car si j’acceptais, à la ronde,
Ne fût-ce qu’un demi denier,
Nul ne serait riche en ce monde :
J’aurais tout l’Or du inonde entier !

Qu’à sa tête on allume un cierge,
Qu’avec l’eau bénite on l’asperge
Et que l’on jette un drap dessus :
Je n’ai pas fait grâce à la Vierge,
Je n’ai pas fait grâce à Jésus !

Au temps du Déluge et de l’Arche,
On a vu plus d’un Patriarche
Vivre huit et neuf fois cent ans…
Pourtant à chacun j’ai dit : Marche !
Tous m’ont suivi… depuis longtemps !

Tous ! malgré prière ou blasphème :
Abel premier, Caïn deuxième,
Tous ceux de l’Ancien Testament !
Ceux du Nouveau : Sainte Anne même,
Monsieur Saint Jean pareillement ;

Car je n’épargne pas un Homme :
Pas plus le Saint Père, dans Rome,
Que ses grands Cardinaux mîtrés :
Je prendrai les Evêques comme
Les Cloarecs et les Curés !

J’ai pris les Rois avec les Reines,
Les grands Seigneurs dans leurs Domaines,
Les Sabotiers au fond des bois,
Les Soldats et les Capitaines,
Les Artisans et les Bourgeois…

Ami, tu vas grossir leur nombre !…
Dans le Soir de plus en plus sombre
Entends-tu grincer un essieu ?
C’est Moi qui m’avance avec l’Ombre,
N’attendant que l’ordre de Dieu !

Ce que tu prends, dans ta démence,
Pour un Rayon de Sa clémence
C’est la grande Faulx de l’Ankoù
Qui peut, d’une envolée immense,
Faucher tous les Hommes… d’un coup ! ! !

Il existe, pour l’Ankoù, une musique de scène de Ch. de Sivry. – G. Ondet éditeur
Sources:
Botrel, Théodore (1868-1925). Contes du lit-clos, récits et légendes bretonnes en vers… suivis de Chansons à dire… [11e mille.]. 1900.
Georges Ondet, Éditeur
83, Rue du Faubourg Saint-Denis, Paris

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s